L’Histoire d’entreprise comme outil de communication, l’exemple d’Arquus

Arquus produit des véhicules et équipements pour l’armée française ainsi que pour l’export. L’entreprise est née en 2016 du long mouvement de concentration qui depuis plus d’un demi-siècle remodèle le secteur des véhicules industriels et de la défense. Internationale mais avec un puissant enracinement en France, Arquus a inauguré en juin 2021 un conservatoire du véhicule militaire à Garchizy dans la Nièvre ; point d’orgue d’une politique exemplaire de mise en valeur de l’histoire de l’entreprise.

Si Arquus est encore peu connue du grand public, les noms des marques qui la composent, ont laissé une empreinte durable dans l’histoire industrielle française et la mémoire des passionnés de véhicules anciens. Ainsi son arbre généalogique livre-t-il des noms prestigieux de précurseurs de l’automobile : Berliet, Latil, Panhard & Levassor. Plus connus sont les noms des branches poids-lourds de Renault et Volvo. Ceux pour qui ces noms n’évoquent rien connaissent au moins les silhouettes de certaines de leurs productions. Des interventions de l’armée française aux quatre coins du monde jusqu’au défilé du 14 juillet, ces véhicules sont familiers du petit écran.

Un VAB (Véhicule de l’Avant Blindé), véhicule de transport de troupes, ici dans une livrée Brun Terre de France pour le défilé du 14 juillet 2021. Photo de Kevin.B CC BY-SA 4.0

Héritière d’un passé prestigieux mais également de matériels aussi remarquables qu’encombrants, Arquus a pris le parti de pleinement exploiter son passé, le considérant -ainsi que nous aimons à le répéter- comme un capital à faire fructifier.

Présent sur tous les théâtres d’opération de l’armée française : le VBL (Véhicule Blindé Léger), dédié à la reconnaissance motorisée, spécialité du groupe ARQUUS. Photo de Marie-Lan Nguyen CC BY 2.5

Après avoir soutenu des publications consacrées à son histoire sur différents supports (livres, bandes-dessinées, et rubrique du site internet de l’entreprise), elle s’est consacrée à la préservation de son patrimoine en créant le Conservatoire Arquus du véhicule militaire, inauguré le 17 juin 2021. Sur l’emprise de son plus vaste site de production, l’entreprise abrite dans trois halls dédiés déjà plus de 70 véhicules des différentes entités qui ont donné naissance à Arquus. Provenant directement des réserves ou faisant l’objet de partenariats avec des institutions publiques comme privées, ils retracent l’histoire d’une industrie au service de la défense depuis les première années du XXe siècle et le premier conflit mondial.

Char Renault FT. Sa conception innovante en 1917 (armement en tourelle pivotante, groupe motopropulseur à l’arrière) définira la forme des chars de combat pour le siècle suivant. Ici au salon Rétromobile 2018. Photo de Thesupermat CC BY-SA 4.0

Cette politique volontariste de conservation du patrimoine poursuit trois objectifs :

  • rappeler la légitimité d’Arquus dans le domaine de la défense terrestre ; un nom récent mais une expérience de plus d’un siècle.
  • renforcer le sentiment d’appartenance des collaborateurs.
  • consolider l’image de marque auprès du grand public.
Une présentation du Conservatoire, par Grégoire VERDON, secrétaire général du fonds de dotation ARQUUS

Pour conduire à bien ces missions, préalablement au Conservatoire, Arquus a créé fin 2020 un fonds de dotation. Ce dernier s’est fixé pour objet « toute action d’intérêt général contribuant à la sauvegarde et à la mise en valeur du patrimoine culturel et industriel, matériel et immatériel, relatif aux véhicules militaires français produits depuis la fin du 19ème siècle à nos jours dans un but notamment culturel et éducatif ». Objectif aussi noble que vaste.

Véritable outil d’administration du mécénat, le fonds de dotation reçoit et gère des dons (défiscalisables) et legs des particuliers et professionnels. Il utilise les revenus de leur capitalisation pour remplir ses buts : l’acquisition, la conservation et la restauration de matériels, l’organisation ou la participation à des expositions et manifestations, la conduite d’actions pédagogiques ainsi que le soutien aux organisations poursuivant les mêmes objectifs.

Berliet CBA de 1915, véritable cheville ouvrière de l’armée française durant la première guerre mondiale. Ici au salon Rétromobile 2014. Photo de Thesupermat CC BY-SA 3.0

C’est donc une politique globale de gestion de son histoire d’entreprise qui a été mise en place par Arquus.

Une prise de conscience de la valeur du passé et du patrimoine matériel de l’entreprise a conduit à l’élaboration d’objectifs clairement définis ; objectifs au service de la communication tant interne qu’externe d’Arquus. Enfin, une montée en puissance des moyens -des premières brèves sur le site internet jusqu’à la création d’un fonds de dotation et d’un conservatoire destiné à devenir un musée- ont permis de donner corps à ce qui est maintenant une opération de communication efficace et continue : les investissements consentis porteront leurs fruit encore longtemps.

Qu’ils soient actuels ou à venir, les clients, les partenaires et les employés intégreront à leur représentation de l’entreprise Arquus sa composante historique. Pour son plus grand profit.

Il s’agit à nos yeux d’un modèle à suivre dans le domaine du traitement de l’histoire d’entreprise.

C’est d’ailleurs sans surprise que vous trouverez sur notre site internet une présentation de la plus-value de l’histoire d’entreprise très proche des trois objectifs d’Arquus. Donner à voir son passé à destination de ses clients, de ses salariés et du public en général.

On nous objectera peut-être que la taille d’Arquus et ses moyens financiers en font un cas particulier. C’est selon nous une erreur d’appréciation. En effet, seule l’échelle différencie une TPE d’un groupe international. Fondamentalement, les objectifs de performance et les cibles sont identiques. Toute entreprise cherche à fidéliser ses clients et à rassurer ses prospects ; à renforcer l’engagement de ses salariés, à s’imposer durablement comme une référence dans l’inconscient collectif. Seule l’ampleur des moyens déployés différera.

C’est la tâche du Bureau des Récits qui vous conseillera pour proposer ses services les plus adaptés et les plus efficients en prenant en compte vos objectifs et votre budget.

– Si vous ne l’avez pas encore fait en lisant cet article, nous ne saurions trop vous conseiller de parcourir en tout sens la rubrique Patrimoine du site internet de la société Arquus.
– Le Conservatoire, destiné à devenir un musée ouvert au public à l’horizon 2023, sera accessible le samedi 18 septembre 2021 lors des prochaines Journées du Patrimoine. Suivez l’actualité d’Arquus sur son site.

L’auteur tient à remercier le service presse d’Arquus et plus spécialement monsieur Tollet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.